Exercice partiel infirmier : le collège infirmier français alerte sur la mise en péril de la population

Actusoins
Le Collège Infirmier Français, représentant les principales organisations infirmières*, dénonce la parution du décret d’application relatif à l’accès partiel aux professions de santé. Pour les organisations, qui demandent audience auprès du président de la république, le dispositif, risquerait de mettre en péril la population. (...)
actusoins.com

Le Conseil infirmier français contre l’accès partiel

infirmiers.com
Le Collège infirmier français (CIF) qui réunit les associations et syndicats professionnels infirmiers dénonce vivement les dangers de la mise en place de l’accès partiel à l’exercice des professions de santé dans un communiqué. Celui-ci s’est réuni en conseil d’administration extraordinaire pour réagir à la parution d’un décret datant du 2 novembre 2017. (...)
www.infirmiers.com

Le Collège infirmier français exige la suppression de l’exercice partiel aux professions de santé

hospimedia.fr 30 nov 2017
hospimedia.fr

Accès partiel : le collège infirmier français alerte sur la mise en péril de la population

caducee.net
Le Collège Infirmier Français s’est réuni en conseil d’administration extraordinaire pour réagir à la parution du décret pour l’accès partiel aux professions de santé (Décret n°2107-1520 du 2 novembre 2017). Le Collège Infirmier Français, représentant les principales organisations infirmières (1), alerte sur la mise en péril de la population, suite à la parution du décret d’application de l’ordonnance n° 2017-50 du 19 janvier 2017 relative à la reconnaissance des qualifications professionnelles dans le domaine de la santé (...)
caducee.net

Le Collège infirmier français fait son entrée.

Profession infirmière France, 17 mars 2015

Fédérant 17 organisations représentatives, le CIF entend « apporter la meilleure réponse aux besoins de santé de la population, dans une vision positive et innovante de la profession infirmière ». Il vient de rendre son premier avis sur l’infirmière de pratiques avancées. Les sages-femmes, les pharmaciens, les kinésithérapeutes ou encore les médecins généralistes avaient le leur. C’est désormais au tour des infirmières : le 14 mars, Ordre, syndicats et associations, représentant toutes les composantes de la profession, ont officiellement constitué le Collège infirmier français (CIF). Présidé par Marie-Claude Gaste, coordinatrice générale des soins au CHU de Nîmes et trésorière adjointe de l’Association française des directeurs des soins (AFDS), le CIF se donne pour missions d’améliorer la qualité et la sécurité des soins, de promouvoir la recherche en sciences infirmières et « d’optimiser » la formation universitaire et le développement professionnel continu (DPC) des IDE, détaille le Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI), membre du Collège, sur son site. (…)
(Source : espaceinfirmier.fr) .


Le nouveau Collège infirmier français défend la création d’un métier intermédiaire

HOSPIMEDIA Publié le 17/03/15 - 15h52 -

Le Collège infirmier français (Cif) qui vient de voir le jour a adopté une position sur les pratiques avancées qu’il compte communiquer aux parlementaires. Il soutient la création d’un métier intermédiaire entre paramédical et médecin et demande que les professionnels en pratiques avancées ne relèvent plus du livre III du Code de la santé publique.
Le Collège infirmier français (Cif), nouvellement créé (lire l’encadré ci-dessous), a adopté une position sur l’article 30 du projet de loi de Santé qui donne naissance aux pratiques avancées, lors de son premier conseil d’administration ce 12 mars. Une position que le Cif va communiquer aux parlementaires de la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale et du Sénat, ainsi qu’aux présidents des groupes parlementaires. Cet article, décrié en général par les médecins, offre l’opportunité de repenser le rôle de chacun au sein du système de santé dans le but d’améliorer l’accès aux soins "tout en préservant la qualité", estime le collège présidé par Marie-Claude Gasté, membre de l’Association française des directeurs des soins (AFDS). Le Cif défend la création d’un métier intermédiaire, entre le Bac+8 des médecins et le Bac+3 des paramédicaux. Il considère que les professionnels en pratiques avancées ne doivent pas relever du livre III du Code de la santé publique qui concerne aujourd’hui les auxiliaires médicaux, aides-soignants, auxiliaires de puériculture et ambulanciers mais d’un livre spécifique.